Image 2 caroussel

Les 5 Axes

Présentation

A partir de janvier 2015, 5 grands axes de recherche sont définis au sein du Cancéropôle GSO :

AXE 1 - Signalisation cellulaire et cibles thérapeutiques
Identifier et caractériser les altérations des voies de signalisation cellulaire impliquées dans les cancers chez l'homme pour une meilleure compréhension des processus tumoraux et pour définir de nouvelles stratégies thérapeutiques.

AXE 2 - Dynamique du Génome et Cancer
Socle du Cancéropôle GSO en matière de recherche fondamentale sur la dynamique du génome et ses dérégulations dans les cancers. Thématiques fédératrices : épigénétique, les ARNs et la transcription, la mitose, l'instabilité génétique / 3R (Réplication, Recombinaison, Réparation) et la génomique du cancer.

AXE 3 - Recherche translationnelle, de la biologie à la clinique
Sa vocation est de mettre l'accent et de renforcer l'interface entre la biologie et la clinique, de favoriser le développement de thérapies innovantes et le transfert rapide des connaissances pour une application clinique.  Il s'inscrit dans la transversalité en favorisant les collaborations entre biologistes, anatomopathologistes, pharmaciens, cliniciens... Il comprend certains thèmes fédérateurs comme : pharmacologie, oncogénétique, mécanismes de résistance, médecine personnalisée, biomarqueurs, applications diagnostiques et thérapeutiques...

AXE 4 -  Cancers : enjeux individuels et collectifs
Comprendre les implications du cancer dans la vie des individus, dans les organisations de santé et dans la société pour intervenir à ces différents niveaux. Trois « programmes intégrés » fédèrent les chercheurs : PI1 - inégalités, PI 2 : nouveaux dispositifs d’organisation de la cancérologie, PI 3 : prévention, éducation thérapeutique et réhabilitation.

AXE 5 - Technologies pour la santé
Les nouveaux outils et instruments permettent de sonder aux niveaux les plus bas, moléculaires ou cellulaires, avec des résolutions et précisions remarquables les mécanismes du vivant. L'objectif majeur est d'initier des dynamiques transversales favorisant les collaborations et interfaces entre chercheurs ayant une compétence technologique et des biologistes et cliniciens.